Bannière JQSI 2020

Action citoyenne

Action citoyenne - Lettre au Premier ministre du Canada

Nous avons à cœur que les personnes réfugiées et migrantes soient en sécurité et que leurs droits soient respectés, nous pouvons appuyer plusieurs actions en ce sens :

  • Créer des liens, échanger, participer aux activités et soutenir les initiatives des organisations et communautés de personnes réfugiées et migrantes dans votre localité ;
  • S’informer et lutter contre les préjugés et le racisme systémique ;
  • Participer aux campagnes de défense des droits des personnes réfugiées et migrantes : télécharger notre répertoire d’organisations, de campagnes et d’appels à l’action ;
  • Interpeller nos élus-e-s afin qu’elles et ils assument leur responsabilité face aux injustices subies et au déni de droits et en signant la lettre collective ci-dessous, que l’AQOCI remettra au premier ministre canadien.

LETTRE COLLECTIVE

Premier ministre du Canada
Cabinet du premier ministre
80, rue Wellington
Ottawa, ON K1A 0A2

Objet : Agir pour la justice migratoire

Monsieur le Premier ministre,

Vous n’êtes pas sans savoir que le nombre de personnes forcées de quitter leur foyer à la recherche d’un endroit sécuritaire ne cesse d’augmenter dans le monde. Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le nombre a fait un bond de plus de 50 % au cours des 10 dernières années. En 2019, on compte 79,5 millions de personnes déracinées à travers le monde. C’est une personne sur 100. Parmi elles, 40 % sont des enfants !

Pourquoi tant de migrations ?

Les raisons sont nombreuses, complexes et reliées. Les conflits armés et les violences qu’ils engendrent ainsi que l’insécurité alimentaire amplifiée par les changements climatiques sont les principales causes des migrations forcées. L’économie mondiale a également une incidence directe. Héritage du colonialisme, l’exploitation des ressources naturelles des pays du Sud par les pays du Nord accentue plusieurs conflits armés actuels. Par ailleurs, les règles et les pratiques, établies par les pays à fort développement technologique et militaire, visent davantage leurs intérêts et leur croissance. Elles engendrent des inégalités socio-économiques mondiales et augmentent la pauvreté qui force des milliers de personnes à quitter leur famille et leur communauté.

À ces injustices vient s’ajouter une autre de taille : la majorité des pays occidentaux, dont le Canada, ont adopté des lois et des règlements d’immigration restrictifs. Au cours des deux dernières décennies, des murs administratifs, politiques, juridiques, économiques et matériels ont été érigés. Faute d’accès à des voies sûres pour se déplacer, des milliers de personnes sont poussées vers des chemins incertains et irréguliers où elles risquent la clandestinité, la détention, l’exploitation, les abus et même la mort.

Comment soutenir les personnes réfugiées et les pays du Sud qui les accueillent ?

Nous assistons à un changement de réalité où les déplacements forcés sont à la fois beaucoup plus fréquents, et où le phénomène n’est plus à court terme et transitoire. - Filippo Grandi, Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Il y a deux solutions durables qui respectent les droits humains : soutenir la réinstallation dans un pays qui offre le statut de réfugié ou appuyer le retour volontaire dans le pays ou le territoire d’origine, lorsque la situation le permet. Mais elles sont très peu accessibles. En 2019, sur 2 millions de demandes d’asile, seules 107 800 ont été acceptées, soit à peine 5 %. Soulignons le leadership du Canada en ce domaine qui a accueilli près du tiers de ces personnes. Et, seulement 5,6 millions ont pu retourner dans leur pays. Qu’arrive-t-il aux millions d’autres personnes ? Ce sont surtout les pays du Sud qui les prennent en charge, avec l’appui des Nations Unies et des organisations d’aide humanitaire. En 2019, 85 % des 79,5 millions de personnes déracinées dans le monde se trouvaient dans des pays du Sud. Certains acceptent de leur offrir la citoyenneté ou un statut de résidence permanente, afin qu’elles puissent s’intégrer et reconstruire leur vie. Mais la majorité d’entre elles attend durant des mois, voire des années, une solution à long terme dans un camp de réfugiés.

Le Canada peut et doit faire beaucoup plus pour la protection des personnes réfugiées et la recherche de solutions à leurs problèmes.

L’AQOCI, ses membres et les signataires de cette lettre demandent au gouvernement canadien :

  1. De promouvoir et réaliser le plein respect des droits des personnes réfugiées, notamment afin que celles-ci bénéficient de voies de retour sûres dans leur pays d’origine lorsque c’est possible, la réinstallation dans un autre pays avec un statut permanent et le libre choix entre les deux ;
  2. D’augmenter significativement l’aide et le soutien aux pays qui accueillent les personnes réfugiées, et notamment dans la lutte contre la pandémie de COVID-19 ;
  3. D’accroître le soutien aux initiatives de paix et de développement émanant des communautés du Sud ;
  4. D’adopter une loi de diligence raisonnable pour obliger les entreprises canadiennes à respecter les plus récentes normes internationales sur les droits de la personne dans toutes leurs opérations mondiales, les tenant responsables des préjudices causés par leurs opérations ou en leur nom, et viser particulièrement les entreprises extractives, soit celles qui font de l’exploration et l’exploitation du pétrole, du gaz et des ressources minières, celles-ci étant responsables de nombreux conflits territoriaux qui contraignent des milliers de personnes à quitter leur communauté.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre très haute considération.

CC :

  • L’honorable François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères
  • L’honorable Marco E. L. Mendicino, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté
  • L’honorable Karina Gould, ministre du Développement international
  • L’honorable Mary Ng, ministre de la Petite Entreprise, de la Promotion des exportations et du Commerce international

Pour plus d’information, voyez le document thématique produit par l’AQOCI sur la justice migratoire


Je signe la lettre au Premier ministre du Canada




À l'action !

Je partage cette lettre et mon message Facebook et Twitter

Nous vous invitons à ajouter le hashtag #JQSI2020 à votre commentaire et mettre le statut de ce partage public.

Informez-vous en vous inscrivant à l’infolettre de l’AQOCI

Journées québécoises de la solidarité internationale (JQSI)
Ministère des relations internationales (MRI)
Association québéboises des organismes de coopération internationale (AQOCI)

1001, rue Sherbrooke Est, bur. 540
Montréal (Québec) H2L 1L3
Tél. : 514 871-1086
aqoci@aqoci.qc.ca