Bannière JQSI 2020

L’éducation pour la refondation de l’humanité

Charles E. Caouette

Professeur retraité et auteur "Éduquer. Pour la vie !" chez Écosociété

Ce texte est inspiré d’une allocution présentée en 2009 à des enseignantes et enseignants.

Pour cette communication, j’ai choisi de vous proposer une vue d’ensemble, et de chercher à retrouver le sens profond de l’éducation, et la mission première de l’école.

Comme il est sans doute devenu évident pour toutes et tous, l’école d’aujourd’hui est à un carrefour ; elle doit faire un choix. Nous devons ensemble faire le bon choix et nous engager dans la bonne voie.

Si l’on considère, ne serait-ce qu’un instant, ce qui se passe autour de nous, ce qui se passe au niveau de la société globale, au niveau de l’humanité, nous prenons vite conscience qu’il y a à travers le monde un mal de vivre croissant, un stress, une violence, une compétition malsaine et destructrice, des guerres qui n’en finissent plus. Il devient donc urgent de réagir fortement et collectivement. Nous devons au plus tôt apprendre à vivre AUTREMENT !

Or, selon de nombreux expertes et experts dans le monde - je pense en particulier à ceux de l’Unesco - la transformation nécessaire et urgente de la société ne peut se faire sans une transformation majeure de nos systèmes d’éducation. Et cette transformation ne pourra se faire sans la collaboration active, sans la foi, sans l’enthousiasme et sans l’effort de chacune et chacun de nous ici présents. Nous avons un défi énorme à relever. Nous avons présentement l’obligation personnelle, professionnelle et sociale de Réussir cette transformation majeure de l’éducation au Québec.

Bien sûr qu’il y a des progrès énormes qui se font déjà en éducation, qu’il y a depuis longtemps des réformes qui se succèdent les unes aux autres, et même qui se réforment les unes les autres, au point où l’on dit souvent que « l’école québécoise est le statu quo le plus mobile qui soit » ; tout bouge mais rien ne change vraiment ! Il m’apparaît, donc que, pour se réaliser, ces réformes doivent davantage avoir une âme, une philosophie, une vision à long terme.

Le défi qui se présente à nous est énorme, et nous ne pouvons l’éviter. La crise économique actuelle, dont on fait tellement de cas, est un autre indice que la situation globale se détériore gravement, tant sur les plans humains qu’environnementaux. Nous n’avons plus le choix, des changements majeurs s’imposent. En éducation, nous avons un grand défi à relever : libérer l’éducation du paradigme industriel dans lequel elle s’est embourbée, et la ramener à sa mission fondamentale et essentielle, à savoir :

- Nous apprendre à vivre ;
- Nous aider à retrouver le sens de cette aventure humaine tout à fait unique que nous sommes en train de vivre ; et que nous ne vivrons probablement qu’une seule fois !
- Nous aider à donner du sens à notre vie, à notre travail professionnel, à notre mission extraordinaire de citoyennes et citoyens du monde ;
- Nous aider à Réussir notre propre vie, et à faire de nous des Passionné-e-s de réussite, des Passionnées de la réussite donc de chaque enfant et de chaque adolescent dont nous avons la responsabilité professionnelle et sociale.

Il importe de se rappeler d’abord, brièvement, ce qu’est l’éducation dans son essence même. Éduquer, c’est aider un individu ou un groupe à parvenir au maximum d’autonomie responsable, et au développement optimal de toutes ses ressources et de tous ses talents.

Il ne s’agit donc pas, en priorité, de performances mesurables, évaluables et permettant de mettre en rang les individus, les classes, les écoles et les institutions. Il s’agit du développement intégral de chacun des jeunes, enfants et adolescents, qui nous sont confiés.

Au moment où de plus en plus de pressions s’exercent sur nous pour favoriser la performance, l’excellence à tout prix, comme si seules les notes et les bulletins comptaient, nous en venons parfois à oublier que nous sommes d’abord là pour former des êtres humains, aussi vrais, authentiques et épanouis que possible. Bien sûr que nous avons des programmes à respecter le plus possible, mais ce ne sont là que des médiums et des outils d’intervention. L’objectif premier que nous devons rejoindre, et qui fait que notre métier est le plus beau du monde, le plus stimulant et le plus exigeant, demeure celui d’aider des êtres humains en croissance, dont chacun est unique, à se développer de la meilleure façon possible, à devenir des personnes et des citoyennes et citoyens du monde autonomes et responsables ; ce que, en passant, nous devons être nous-mêmes, et ce qui évidemment ne simplifie rien !

(J’en profite pour rassurer ceux et celles qui croient que j’accorde peu d’importance aux contenus d’apprentissage. Au contraire, ce qui me désole le plus c’est le peu de ces contenus qui reste après quelques années, sinon quelques mois ! Je pense aux jeunes qui, très tôt, perdent tout plaisir à apprendre, à découvrir, qui perdent confiance dans leurs capacités et qui perdent l’estime d’eux-mêmes. Je pense aussi à ceux qui après 8 ou 10 ans de fréquentation scolaire deviennent des analphabètes fonctionnels, parce que le difficile apprentissage du français, de la lecture et de l’écriture, a toujours été pour eux source de tension, d’échec et de dévalorisation.)

Aider de jeunes personnes à donner un sens à la vie, à leur vie et à en devenir responsables, c’est notre mission première et fondamentale, c’est aussi la plus importante, surtout dans le contexte actuel. Nous avons à bâtir ensemble une société nouvelle, plus saine, plus respectueuse de chacun des enfants et des adolescents, de chacun de nous aussi, une société plus joyeuse. Ce n’est pas là une utopie, comme certains des pouvoirs en place tentent de nous faire croire, c’est un défi incroyable, incroyablement stimulant : construire une société nouvelle fondée sur des valeurs différentes de celles de la société industrielle actuelle en train de s’écrouler ; construire une société nouvelle fondée sur les valeurs de respect, de responsabilisation, de coopération, de partage, du sentiment d’appartenance et de compassion pour l’ensemble de l’humanité. Or, ces valeurs et ces attitudes, qu’il nous faut retrouver et auxquelles il faut redonner la priorité, ne s’enseignent pas, mais elles doivent s’apprendre. Et c’est dans chacune de nos écoles qu’elles doivent s’apprendre et se vivre. En accord et en coopération avec les familles, bien sûr !

Il serait magnifique que nous retrouvions ensemble le sens de cette réussite, dont nous sommes passionnés, la réussite véritable, la réussite de l’éducation. J’ajouterai, par ailleurs, que nous devons dès maintenant joindre tous nos efforts pour que l’évaluation en éducation, dont on fait si grand cas, porte enfin sur l’essentiel et non pas d’abord et presque uniquement sur les performances mesurables, quantifiables, et le plus souvent transitoires. Il faut évaluer de façon rigoureuse l’atteinte des objectifs mêmes de l’éducation, une évaluation qui porte sur la qualité et le développement d’êtres humains, des gens compétents bien sûr, mais compétents surtout comme êtres humains. Il m’est apparu, très souvent au cours de ma carrière, que de magnifiques projets éducatifs, dynamiques, innovateurs et appréciés dans leur milieu, ont été abandonnés ou bloqués à cause d’un système d’évaluation qui rejetait leur droit à la différence, et leur droit d’évaluer l’atteinte de leurs objectifs spécifiques.

Je rappelle ici un peu plus en détails les objectifs primordiaux de l’éducation, à savoir :

a. former des individus davantage intelligents, capables d’apprendre, de penser d’une façon libre et critique, capables de réfléchir, de résoudre des problèmes, de créer et de méditer. Cela suppose, il va de soi, que la classe devienne un lieu, non pas de simple transmission des savoirs pré-fabriqués, mais un lieu de création collective du savoir, et l’école un lieu où il y a un temps et un espace consacrés au silence, à la méditation et à la beauté ;

b. des individus responsables et auto-disciplinés, capables de se prendre en main, capables d’assumer des responsabilités individuelles et collectives ;

c. des individus capables de coopération, d’échange, de partage, d’interdépendance, de respect, d’amitié et de tendresse ;

d. des êtres humains en santé physique, mentale et spirituelle. Des jeunes qui, pour étudier et se concentrer, n’ont pas besoin de surconsommation pour se valoriser ou pour combattre leur mal de l’âme, leur sentiment très souffrant de vide intérieur.

Mais il nous faut savoir que cette éducation fondamentale et prioritaire dont je parle ne peut se faire sans que nous entrions en relation ; d’où le titre de ma communication : en éducation, réussir, c’est d’abord entrer en relation avec les jeunes, avec ses collègues, avec la direction, la commission scolaire, le ministère de l’Éducation, les parents, la communauté… et soi-même. J’insisterai ici sur la relation avec les jeunes.

Je peux très bien instruire quelqu’un et même le former à distance sans le connaître, mais je ne peux éduquer quelqu’un que je ne connais pas. La question qui se pose est donc la suivante : est ce que je me donne, et est-ce qu’on me donne, les conditions et les moyens de connaître vraiment chacun des jeunes qui me sont confiés ? Sinon, c’est ce que je dois réclamer en tout premier lieu, car c’est la condition première de cette réussite dont nous parlons aujourd’hui. C’est ce que doivent favoriser prioritairement les directions d’école, les commissions scolaires et le ministère de l’Éducation.

Je dois prendre le temps et consacrer l’énergie nécessaire pour connaître chacun des jeunes, établir une relation vraie, respectueuse et réciproque, car c’est chacun d’elles, chacun d’eux que je dois aider et éduquer, et j’ajoute, même si cela semble audacieux ou romantique, que je dois aimer. Éduquer, c’est certes un geste professionnel, mais cela demeure aussi fondamentalement un geste d’amour. Et si, dans le cas de certains jeunes comme j’ai moi-même connus, il est parfois difficile de les aimer présentement, je peux toujours aimer ce qu’ils peuvent devenir, s’ils se sentent acceptés, respectés et aimés.

Et il est bon de se rappeler, surtout en ces temps où presque toutes les préoccupations vont du côté des performances, des pourcentages et des palmarès, que « chaque jeune, quels que soient ses talents, ses aptitudes spécifiques et ses limites, a un droit fondamental de vivre à l’école des expériences positives d’apprentissage, de succès et de valorisation.

Et c’est de cette réussite de toutes et tous et de chacune et chacun que nous devons devenir davantage passionnés, responsables et fiers. Fiers, non pas des performances de chacun, mais des progrès de chacun comme être humain, de chacun des jeunes qui, comme nous, est unique et indispensable comme l’est chacun des morceaux de l’immense et magnifique vitrail humain que nous formons tous ensemble.

Réussir en éducation, on vient de le voir, c’est bien sûr entrer en relation. Mais, je veux vous rappeler en terminant, que c’est aussi pour chacun d’entre nous se sentir dynamiquement relié à un projet de société.

Face à la crise actuelle, qui n’est pas qu’une crise financière mais qui est surtout une crise de valeurs, une crise de civilisation, l’école d’aujourd’hui doit, selon les termes mêmes de l’Unesco, participer très directement et vigoureusement à « la transformation et à l’humanisation des sociétés ».

Le projet de créer une nouvelle société, une société où il y aurait moins de stress, moins de mal de vivre, d’épuisement émotionnel, moins de compétition malsaine et de violence, le projet de créer une société plus saine, plus joyeuse et conviviale n’est pas une utopie. Elle doit devenir, pour nous tous, un projet collectif qui donne du sens au travail que nous faisons chaque jour dans nos écoles.

Et, rassurez-vous, il n’est pas plus utopique de croire à ce changement de société, devenu indispensable, que de croire que notre société actuelle qui, tel un second Titanic, craque de toutes parts, pourra se maintenir encore longtemps, et de croire que c’est à cette société mal en point et malsaine qu’il faut adapter et intégrer nos propres enfants.

Il nous faut redonner confiance à toutes celles et tous ceux qui œuvrent en éducation, aux parents, aux citoyennes et citoyens, et beaucoup aux jeunes eux-mêmes. Il nous faut retrouver tous ensemble foi et enthousiasme parce que c’est un défi formidable qui nous est proposé, un défi collectif auquel la contribution de chacun de nous est indispensable et urgente. Je peux aussi vous assurer qu’il ne faut pas plus d’énergie pour travailler au changement de société ou à la transformation de l’éducation qu’il en faut pour se résigner au statu quo.

Encore une fois, la crise que nous traversons présentement n’est pas qu’économique et elle ne se résoudra pas par de seuls sauvetages financiers, faits à coups de milliards de dollars. Nous devons apprendre dès maintenant à vivre autrement, à travailler, à consommer et à éduquer autrement. Nous devons apprendre à vivre dans un plus grand respect de l’environnement et de son harmonie ; nous devons apprendre à vivre dans un plus grand respect de l’être humain et de ses besoins fondamentaux, et en harmonie les uns avec les autres.

L’éducation à valoriser va bien au-delà des performances ponctuelles, se centre sur l’objectif fondamental : former des êtres humains développés de façon intégrale et optimale, des êtres humains compétents, autonomes et responsables, chacun contribuant de son mieux à intensifier la Qualité de Vie et la Joie de vivre sur notre belle planète bleue. Quel appel extraordinaire : nous sommes conviés à travailler ensemble à la refondation de l’humanité !



À l'action !

Partager cet article sur Facebook et Twitter

Nous vous invitons à ajouter le hashtag #JQSI à votre commentaire et mettre le statut de ce partage public.

FERMER

Informez-vous en vous inscrivant à l’infolettre de l’AQOCI

Journées québécoises de la solidarité internationale (JQSI)
Ministère des relations internationales (MRI)
Association québéboises des organismes de coopération internationale (AQOCI)

1001, rue Sherbrooke Est, bur. 540
Montréal (Québec) H2L 1L3
Tél. : 514 871-1086
aqoci@aqoci.qc.ca