Bannière JQSI 2020

Accueil

En novembre 2020, on priorise la justice migratoire !


Le concept de « justice migratoire » a pour objectifs de proposer un regard juste et solidaire, une analyse basée sur les faits et des solutions aux enjeux actuels et futurs autour des migrations, en particulier les déplacements forcés et les enjeux d’injustices, de vulnérabilités et de droits humains.

Dans un monde caractérisé par la multiplication et la persistance des conflits, par l’affaiblissement des services publics, par la destruction des écosystèmes et des milieux de vie, par la crise climatique et par une nouvelle pandémie mondiale, les pays du Sud sont ceux qui accueillent le plus de personnes réfugiées. Dans un monde où les politiques migratoires adoptées par les États occidentaux (dont le Québec et le Canada) sont inefficaces et dangereuses pour la sécurité et la vie des personnes forcées de migrer. De plus, elles creusent de profondes inégalités de déplacement entre les personnes libres de voyager et de s’établir d’un bord à l’autre de la planète, et celles forcées de migrer mais dont on restreint sévèrement la liberté de circulation et le respect de leurs droits fondamentaux.

Enfin, au niveau des discours, les migrations ne cessent d’être présentées comme « une crise » contre les sociétés occidentales, alors que les faits et les chiffres démontrent tout le contraire : si il y a crise, c’est bel et bien pour les personnes forcées de migrer, ainsi que pour les pays du Sud qui écopent des conséquences de notre système géopolitique et économique mondial.

La Justice migratoire se veut ainsi une alternative :

  • aux injustices entre pays du Sud et du Nord et entre personnes issues de ces pays ;
  • aux politiques restrictives et répressives actuelles ;
  • aux mythes et aux préjugés
  • et aux discours déshumanisants.

Elle implique d’inverser la logique qui a prévalu de façon croissante depuis quarante ans et de voir la migration comme un phénomène profondément humain, a priori possible et positive, plutôt qu’interdite et négative.

Pour l’AQOCI, la justice migratoire est basée sur les principes suivants :

  • Respect de tous les droits fondamentaux et du droit international ;
  • Égalité/Équité sociale, féminisme et antiracisme — la notion de justice implique de conférer les mêmes droits à toutes et tous, donc de mettre fin aux inégalités sociales, internationales, raciales et de genre ;
  • Solidarité — la notion de justice implique aussi de donner la priorité aux personnes vivant des contexte de vulnérabilités, pour leur garantir notamment l’utilisation de la migration comme stratégie d’adaptation ;
  • Pacifisme, antimilitarisme, écologie et justice climatique — la notion de justice migratoire implique de s’attaquer aux causes systémiques des migrations forcées, comme la persistance des conflits armés, l’exploitation des ressources naturelles des pays du Sud par les pays du Nord, la destruction des milieux de vie, des écosystèmes et des agricultures de proximité, causée par notre économie mondialisée.
  • Responsabilité : elle appelle à l’action collective et individuelle contre les injustices et en faveur de la sécurité et des droits des personnes migrantes et réfugiées.

Pour en savoir plus sur la thématique, découvrez les ressources documentaires et vidéos sur le sujet



Des événements partout au Québec !

˃ Voir toute notre programmation

Partager sur :  


Informez-vous en vous inscrivant à l’infolettre de l’AQOCI

Journées québécoises de la solidarité internationale (JQSI)
Ministère des relations internationales (MRI)
Association québéboises des organismes de coopération internationale (AQOCI)

1001, rue Sherbrooke Est, bur. 540
Montréal (Québec) H2L 1L3
Tél. : 514 871-1086
aqoci@aqoci.qc.ca